La boîte à livres – appelée également boîte à lire, bibliothèque de rue ou biblioboîte – est un formidable moyen pour promouvoir la lecture de manière ludique et gratuite. La culture enfin accessible pour tous !

En quoi consiste exactement ce concept ? Il s’agit tout simplement d’une boîte en libre service où chacun peut y déposer le livre qu’il vient de finir pour en prendre un autre. C’est un principe basé sur l’échange et le partage. Ce qui implique une règle simple : si l’on prend un livre, on en dépose un autre en même temps. Ainsi, la « biblioboîte » reste toujours bien fournie. Vous n’êtes bien sûr pas obligé de prendre un livre, si aucun ne vous intéresse, vous pouvez juste faire don de certains ouvrages et tenter de revenir par la suite. Vous y découvrirez peut-être une petite « pépite ».

La boîte à livres : le partage culturel qui crée du lien social (et on en a bien besoin en ce moment !) boite-a-livres-3-225x300 Ce concept existe déjà depuis plusieurs années et serait apparu en premier dans les pays anglo-saxons. On en trouve aussi beaucoup à Berlin, où c’est devenu une pratique courante. D’ailleurs, les allemands appliquent aussi ce principe pour d’autres objets, comme les vêtements, les chaussures ou les jouets. Ces moyens de partage sont beaucoup utilisés chez les « freegan » : personnes qui prônent un mode de vie exclusivement basé sur le partage, la gratuité et le véganisme (mode de consommation qui rejète tout produit issu des animaux et de leur exploitation). Ils dénoncent le gaspillage alimentaire engendré par nos sociétés consuméristes. Selon leur mouvement, « la solution à la faim dans le monde se trouve dans les poubelles de New York ».

Pour en revenir à la boîte à livres, elle est, outre le facteur culturel, un excellent moyen de tisser du lien social entre différentes générations et différentes classes sociales. Le livre, tel que nous le connaissons depuis toujours, est avant tout un objet culturel.

Qui dit « objet » dit « matériel », ce qui implique un stockage de la part des utilisateurs. Lorsque l’on achète un livre, bien souvent, une fois lu, on le range dans notre bibliothèque et il peut rester là pendant des années, sans qu’une autre personne ne le lise. Certes, une belle collection fait bonne impression dans le salon, mais les livres sont faits pour être lus et devraient être transmis de main en main sans interruption.

La culture n’est pas fixe, elle voyage à travers le temps et les civilisations, elle n’a aucune frontière. Pour qu’elle perdure, elle doit absolument être transmise de générations en générations.

Pourquoi se priver d’une telle invention, qui en plus, ne coûte rien à personne ?

Certains maires l’ont bien compris et ont fait installer une ou plusieurs boîtes à lire dans les quartiers de leur commune. Aujourd’hui, on en trouve dans les grandes villes, comme Paris, Bordeaux, Marseille ou Metz, mais pas seulement, le concept commence à faire des petits un peu partout dans le pays. Les villages aussi prennent exemple.

La boîte à livres : le partage culturel qui crée du lien social (et on en a bien besoin en ce moment !) boite-a-livres-2-300x174 La ville de Metz a fait installer des boîtes à livres Place de la Comédie, Porte des Allemands et sur l’Esplanade. Si le projet fonctionne, sept autres boîtes seront installées dans la ville.

Sachez que si vous êtes un particulier, vous pouvez aussi construire votre biblioboîte et l’installer sur votre propriété, en permettant un libre accès à qui veut échanger un livre. Evidemment, prenez soin en amont de prévenir votre commune de cette installation, pour éviter tout malentendu et soyez sûr de la bonne étanchéité de votre boîte.

L’aventure vous tente ? Deux solutions s’offrent à vous, soit vous en installez une devant chez vous et vous vous chargez de l’agrémenter au début, soit vous parlez du projet à votre maire. Quoique vous choisissez, vous ferez forcément le bon choix, celui du partage et de l’échange.

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.