Nous vivons en ce moment même une terrible période où les hommes ont de plus en plus de mal à vivre ensemble, où les frontières sont de plus en plus présentes. Bien souvent, la peur de l’autre pousse l’être humain à se terrer derrière des principes nationalistes. Il existe pourtant des personnes, comme l’artiste Jain qui n’ont pas de frontières et qui subliment leur art en mélangeant différentes cultures.

Originaire de Toulouse, Jain (son vrai prénom est Jeanne) est née en 1992 mais n’est pas restée longtemps en France puisqu’elle a beaucoup suivi son père qui travaillait fréquemment temps à l’étranger.

Dès son enfance, elle découvre de nombreux pays, de nombreuses cultures, de nombreuses coutumes. Elle grandit entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, chance indéniable lui offrant une ouverture exceptionnelle sur le monde.

« Les voyages m’ont appris la tolérance. C’est ce que j’essaie de dire dans mes chansons : comprendre l’autre, rester ouvert. »

C’est au Congo, plus précisément à Pointe-Noire, qu’elle découvre la musique. La culture à la fois « traditionnelle et novatrice, bercée entre l’espoir et le désespoir » l’influencera dans l’écriture de ses textes.

Au-delà de l’influence multi-culturelle, Jain explique que ses chansons sont toujours en « rapport avec sa propre vie, son quotidien ». Au travers de ses sentiments, qu’ils soient positifs ou négatifs, elle nous emmène dans son monde : un univers haut en couleurs où les rythmes se mélangent. Elle réussit à intégrer dans une seule chanson des sons venus de styles différents, tels que le hip-hop, le blues, l’électro et la musique traditionnelle africaine.

Ecoutez le titre Makeba, il est un parfait exemple de la mixité musicale que nous offre la jeune artiste :

https://youtu.be/FdAfHgmdCT0

Jain se fait remarquer très vite et rencontre le groupe français Yodelice, avec qui elle commence à travailler. Elle fera les premières parties du groupe, ainsi que celles de Christine and The Queens.

En 2015, elle sort son premier EP Hope contenant le fameux titre Come. Vous l’avez certainement déjà entendu sur les ondes, il a remporté un certain succès en France. Egalement en Pologne, où la chanson a été reprise pour le jingle d’une chaîne de télévision appelée Polsat.

JAIN, une artiste sans frontière jain-zanaka-300x300 Le 6 novembre 2015 sort son premier album, intitulé Zanaka (ce qui signifie « enfant » en malgache). En tournée maintenant depuis le 16 juillet dernier, elle sillonne la France et ravit son public avec ses mélodies entraînantes et poétiques. Si vous avez l’occasion de la voir en « vrai », courrez-y, vous ne serez pas déçu ! Elle est fantastique sur scène, elle joue de plusieurs instruments et maitrise également des machines bizarroïdes…

Vous l’aurez compris c’est une artiste aux multiples talents.

Découvrez maintenant le clip de son premier succès, Come.

Vous remarquerez qu’elle revêt toujours la même tenue (dans le clip ou sur scène), une robe noire et blanche plutôt sage et stricte, qui dénote complètement avec son style musical. Un effet recherché par la chanteuse, qui voulait une tenue « décalée ».

Vous l’aurez compris, on ADORE et on vous recommande chaudement d’aller la voir en concert et/ou de se procurer son album.

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
MarieNathan Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nathan
Editeur

Merci pour cet article ! J’ai découvert cette artiste grâce à vous. J’adore « Come » !